La station gallo-romaine de Ludna

La station de Ludna est citée sur la table de Peutinger : 
  • de Lugdunum à Ludna, 16 lieues gauloises
  • de Ludna à Matisco, 14 lieues gauloises
  • de Matisco à Tenurcio, 12 lieues gauloises
  • de Tenurcio à Cabillio, 12 lieues gauloises.
La lieue gauloise est évaluée environ 2,2 km. 

L'autre document ancien sur les routes de Lyon à Macon est l'itinéraire d'Antonin : 

  • de Lugdunum à Asa Paulini, 10 lieues gauloises
  • d'Asa Pauli à Lunna, 10 lieues gauloises

  • de Lunna à Matisco, 10 lieues gauloises
Par ailleurs, en 1854 la construction de la ligne de chemin de fer de Lyon à Paris mis à jour à Saint-Georges les traces d'un site gallo-romain. Contrairement à ce qui pu être dit au XIXème l'inventaire du site par A.Buisson montre que le site à continué à être utilisé au IVème siècle.

En pour contrer l'influence de Bibracte capitale des Eduens, l'empereur fonde Augustudunum ( Autun). Une route romaine reliait Belleville à Autun. Elle  n'est connue par aucun itinéraire, mais elle existe encore sur une grande portion. En sortant de Belleville, elle prend la direction du nord-ouest, traverse Saint-Jean d'Ardières, Villié, Avenas. Il semble que ce site à la frontière entre les Ségusiaves et les Eduens au nord, au carrefour de la nouvelle route reliant Lyon à Augustudunum, Autun soit probablement au lieu-dit  la commanderie à Belleville.

Aujourd'hui l'interprétation reconnue est que Ludna était bien située sur le territoire de Saint-Georges. Lunna à Belleville étant peut-être un relais  postérieure, mais dépendante de la même entité.
 


Découvertes faites à Ludna
 Le site est évalué à une superficie de 1500m par 300m.

Objets découverts On a trouvé en 1970 des fragments de vase en céramique peinte du type "bols de Roanne" fabriqués à Roanne et dans le Forez, datant de la période de la Tène III. On trouve également des chenets en argile cuite en nombre important. On trouve dela céramique sigillée décorée et estampillée qui permettent de comprendre leurs provenances à la Gaufresenque, Banassac, Lezoux, Lavoye, et les ateliers de la Gaule de l'Est ( Tr^ves, Rheinzabern...)
Il y a aussi des amphores, qui révèlent la circulation commerciale depuis des lieux comme l'Italie ou l'Espagne du sud. On trouve des céramique en provenance d'Aoste (Isère) , des bols en pierre provenenant de Suisse, une patère estampillée, des lampes à huile...
On a aussi découvert des hipposandales dont on chaussait les chevaux pour le franchissement de cols par des voies rocailleuses, vraisemblablement dans le Beaujolais car les sols alluviax de la vallée de la Saône ne nécessitent pas ce genre d'équipement.
Dans le fanum ont été mis à jour avec de nombreux anneaux bouletés en plomb.

Le site n'ayant pas fait l'objet d'une fouille stratigraphique détaillée, il est assez difficile de l'interpréter. "On s'oriente cependant vers l'identification d'une structure d'agglomération liée au carrefour de voies importantes, donc à un habitat lié à un relais routier, avec ce que celà comporte de cours intérieures et d'ateliers." Cependant, il ne semble pas qu'il ait été abandonné avant le IVème ou Vème siécle.
 

Sources :