GRENIER
Cette famille est originaire de Brioude où elle est connue depuis le début du XVII siècle.
( source dictionnaire biographique de la Haute-Loir. Cette notice généalogique est très lacunaire comme le prouve une étude approfondie des BMS de Brioude, facilitée par les relevés systématiques diffusés par Geneal43. Elle  comporte une erreur importante.)

I. Jean GRENIER, notaire royal à Brioude, ép. vers 1700 Jeanne FOURNIER, dont il eut :
( Information erronnée, Jean GRENIER notaire est mariée à Jeanne GALAMBRET, il est fils de Pierre et Jeanne FOURNIER)

  1. 1 BENOÎT qui suit ;
  2. 2 BLAISE, chef de la branche cadette, rapportée plus loin


II. Benoît GRENIER, notaire royal, bailli de Lugeac, mar. à Jeanne TRIOLLIER, d'où :
 

  1. 1, JEAN, né le 16 août 1753, + en 1841, baron de l'Empire, député du Puy-de-Dôme, membre du conseil des Cinq-Cents, rapporteur du tribunal pour plusieurs titres du Code civil. Procureur général, puis premier président à la cour de Riom, fut nommé pair de France sous la Restauration, commandeur de la légion d'honneur ; chevalier du Saint-Esprit. De son mariage avec Gabrielle FERRIÈRES il n'eut qu'une fille mar. à Antoine DE COMBES, cons. à la cour. royale de Riom d'où 3 enfants, décédés sans postérité
  2. 2 autre JEAN qui suit ;
  3. 3 PIERRE, notaire a La Montgie Puy-de-Dôme, laissant un fils Baptiste GRENIER, proc. général à Dijon, décédé président honoraire dans la même ville, laissant de son mariage avec demoiselle Bec de Florat, une fille mariée à Eugène RENARD dont postérité.
III. Jean GRENIER, notaire royal à Brioude, bailli de Lugeac, mar. à Marie MAIGNE, dont :
 
  1. 1 ANTOINE qui suit;
  2. 2, JEANNE, mar à Antoine PASCON, président du Tribunal civil de Brioude, d'où postérité.


IV. Antoine GRENIER, notaire royal, + à Censac, près Paulhaguet, le 8 juin 1861, mar. à Guilhelmine DE LA BASTIDE, fille d'Honoré et de Marie-Ursule PFLLISSIER DE FELIGONDE, d'où :
 

  1. 1 ALFRED qui suit;
  2. 2 MARIE-VALERIE, mar. en mars 1833 à Gérôme-Eugène GUYOT, ingénieur des ponts et chaussées, d'où :
    1. a) Edmond GUYOT-DESSAIGNE. député du Puy-de-Dôme;
    2. b) Léonce GUYOT-MONTPAYROUX, député de l'arrondissement de Brioude, décédé à Paris.


V. Jean-Honoré-Alfred GRENIER, notaire à Brioude, né à Brioude en 1808, membre du conseil d'arrondissement pendant de longues années, suppléant de la justice de paix, mar. le 13 déc. 1836 à Louise LHOIR MISSONNIER, décédée le 28 avril 1897- Il mourut dans cette Ville le 24 octobre 1885, laissant
 

  1. 1 Antoine GRENIER, né à Brioude, le 16 juin 1840, conseiller doyen à la cour d'appel de Paris, chev. de la Légion d'honneur, successivement substitut Oloron, proc. à Pau, avocat gen. et proc, de la Républ. à Amiens, puis conseiller à la cour d'appel de Paris, auteur de différents travaux, parmi Lesquels : Etude sur le secret Professionnel, discours de rentrée prononcé à la cour d'Amiens(nov. 1882), Etude sur la mémoire, discours de rentrée (nov. 1887) ; Etude sur Lhomond, discours de réception à l'Académie d'Amiens (déc. 1801) ; Un coin d'Auvergne, discours prononcé à la même société dont il était alors président.. Marié à Jeanne DESMANECHES, fille d'un avocat de Clermont, dont :
  1. 2 Emile GRENIER, né à Brioude, le 8 janvier 1848. Avocat à Brioude, ancien batonnier de l'ordre, dr en droit de la Faculté de Paris avec une thèse sur les retraits, exerce à Brioude depuis 1873. Marié à Julia CHORIOL DE RUERE, de la Corrèze, dont :
  1. 3 VALERIE, relig. ursuline à Clermont, +en 1894

Branche cadette

VI. Blaise GRENIER, 2eme fils de Jean et de Jeanne FOURNIER, eut pour fils :

VII. Claude GRENIER, mar. à Marguerite Sollet, d'où
 

  1. 1 BLAISE:, prêtre des missions étrangères aux Indes;
  2. 2 JEAN, négociant à Brioude;
  3. 3 ANTOINE, prêtre, chanoine hebdomadier du chapitre de Saint-Julien, refusa de prêter serment sous la Révolution et devint plus tard grand vicaire des évêques de Saint-Flour et de Poitiers, + à Brioude le 23 janv. 1807;
  4. 4 JEAN-BAPTESTE, né à Brioude, le 21 avril 1753, avocat, député de la province d'Auvergne aux Etats Généraux de 1789. Participa avec ses collègues Gauthier de Biauzat et Huguet à la fondation du journal des Débats, nommé sous-préfet de Brioude le 7 floréal an VIII, il fut désigné par le Sénat (séances du 29 thermidor et du 2 fructidor an XII), comme député de la Haute-Loire au corps législatif. Maire de Brioude de 1748 à 1802, + dans cette ville le 26 mars 1838. Il avait épousé Antoinette VIMAL, fille de MICHEL. baron de Murs, dont il eut :